Derniers avis ajoutés
2016
2005
2016
2016
2016
2011
1996
2005
2004
2012
2014
2006

Obvious child - 2014

Réalisé par Gillian Robespierre
Avec Jenny Slate, Jake Lacy, Gaby Hoffmann
Durée : 1h23


Synopsis : La vie de la jeune Donna Stern n'a rien de particulier : un petit ami, un job dans une librairie, sa bande de potes, des parents divorcés... Mais, chaque soir, sur une scène de Brooklyn où elle interprète son numéro de stand-up, ce quotidien banal devient une source inépuisable de sketches. Puis, coup sur coup, Donna perd son travail, se fait larguer par son petit ami, déprime, a une aventure alcoolisée d'un soir et... tombe enceinte.


Sortie le 3 septembre 2014

Partager ce film...


Notre avis


Par LoveMachine.
Par LoveMachine.

Il faut toujours se méfier des comédies romantiques en provenance des Etats-Unis portées en triomphe par les critiques de là-bas au son de "C'est la résurrection de la comédie romantique" ! C'est ainsi qu'est présenté "Obvious child" qui arrive finalement chez nous et qui devrait récolter les mêmes éloges de la presse française. Parce qu'il faut savoir un truc sur ces critiques d'ici et de là-bas : ils préfèrent leurs roms-coms aussi grasses que possible. C'est cela le renouveau pour les critiques, comme on a déjà pu le constater avec les films de Judd Apatow etc. Plus c'est gras, plus c'est la résurrection d'un genre qui aurait été tué par son côté lisse et bien propre sur soi. "Obvious child" est très gras, et ce dès les premières minutes du film lors de l'un des stand-ups effectués par Donna Stern, remarquablement interprété par Jenny Slate par ailleurs. La première partie du film l'est d'ailleurs assez fréquemment et c'est tellement dommage d'avoir recours à ça. C'est comme si cela permettait d'acquérir une légitimité, comme un adolescent qui écrit sa première fanfiction et y met les gros mots qu'il aurait toujours rêvé de dire dans la vraie vie. C'est tellement idiot de penser que l'on peut se "laver" du côté culcul que suppose le genre de la comédie romantique en étant crade. Bref, tout cet aspect-là m'a vraiment dégoûté du film parce que je suis de ceux qui pensent que la vulgarité n'est vraiment pas un passage obligé pour raconter une belle histoire.

 

L'autre aspect encensé par les critiques US (et démonté par les sites religieux US) est qu'enfin, une rom-com abordait le sujet de l'avortement et c'est effectivement le cas même si ce n'est pas une première. Il faut dire qu'aux Etats-Unis, le débat pro-choice/pro-life est bien plus animé qu'en France (encore que) et que l'inclusion de l'avortement au milieu d'une relation de rom-com traditionnelle peut signifier une certaine forme d'acceptation de l'avortement, comme si celui-ci passait dans les mœurs US par le biais d'un film, et d'une comédie romantique en plus, genre assez puritain au coeur. De fait, le côté "militant" n'a pas la même portée en France et quand bien même, on ne juge pas une comédie romantique sur son coté militant mais sur son côté romantique.

 

Heureusement "Obvious child" sait aussi se faire attachant, notamment quand il cède (enfin) aux codes de la comédie romantique traditionnelle. Ceux-ci pourraient être même incarnés physiquement par le personnage de Jake Lacy, propre sur lui, calme et posé et qui ne sait pas trop comment appréhender cette jeune femme complètement barrée, d'un milieu différent du sien et incontrôlable. C'est le pilier du film, celui qui l'empêche de tomber dans l'excès, celui qui observe Donna sans juger. S'il est donc particulièrement fade, c'est aussi très salvateur de l'avoir parce que sa fadeur toute relative fait écho à la tornade Donna, en bien. Forcément mal assortis, ces deux-là sont finalement faits pour être ensemble. A noter également de très jolies scènes, notamment une en particulier avec la mère, qui touche par sa justesse et sa retenue. La fin est, pour une fois dans une rom-com indé, exactement celle qu'elle doit être et parvient un peu à effacer la très mauvaise impression donnée par le début du film.

 

A déconseiller si vous n'aimez pas les roms-coms vulgaires.

 

Conclusion

+ Jenny Slate et Jake Lacy, bon couple bien trouvé.

+ De très jolies scènes.

+ Une deuxième partie réussie.

- Une vulgarité dès les premiers instants qui anéantit le potentiel romantique du film.

- Faussement vendu comme une "révolution de la rom-com".


 

Moment Looove :
La fin.

 

Bande-annonce

On en parle ailleurs sur le site...

7 films d'amour à surveiller au ciné en septembre 2014.
>> Lire la suite

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    denuitoudejour (mercredi, 31 décembre 2014 15:47)

    Je n'arrive pas a le trouver en français :(

FilmsdeLover.com a été séduit par Jimdo.fr. Contrat prénuptial. Logo et typographie FDL par la talentueuse Jup. © 2008-2016  

FilmsdeLover.com

Depuis 2008, nous ne parlons sur ce site que des comédies romantiques et des films d'amour. Lisez nos avis, consultez nos dossiers, profitez de nos idées de cadeaux, de musiques, de répliques inspirées de nos films d'amour préférés pour trouver l'inspiration en vue de votre soirée en amoureux avec l'élu(e) de votre coeur, ou bien tout(e) seul(e), sous une couverture et un chocolat chaud à portée de main, les deux seuls cas de figure où la comédie romantique est obligatoire. Bonne visite !
Créé avec amour en Normandie Created with love in Normandy