Derniers avis ajoutés
2016
2005
2016
2016
2016
2011
1996
2005
2004
2012
2014
2006

Festival du film romantique de Cabourg - 2011

Retrouvez ici tous nos articles sur le Festival du Film Romantique de Cabourg, édition 2011. Cette partie sera mise à jour au fur et à mesure.

Les critiques de films vus là-bas...

- "J'aime regarder les filles" de Frédéric Louf.

- "L'art de séduire" de Guy Mazarguil.

- "Bonsaï" de Cristián Jiménez.

- "Le Monde de Barney" de Richard J. Lewis.

Tous nos articles...

lun.

25

juil.

2011

Interview : 3 questions à Guy Mazarguil, réalisateur de "L'art de séduire".

C'est au festival de Cabourg que nous avons pu nous entretenir brièvement avec Guy Mazarguil, le réalisateur de "L'art de séduire" qui était venu présenter son film en avant-première. L'occasion pour nous de poser 3 petites questions à ce grand amateur de films romantiques alors que "L'art de séduire" sort ce mercredi dans les salles françaises.

 

Guy Mazarguil
Guy Mazarguil

FilmsdeLover : La comédie romantique est un genre ultra-balisé. Quelle a donc été votre approche pour "L'art de séduire", votre premier film ?

 

Guy Mazarguil : J'adore les comédies romantiques et mon approche a vraiment été de me décaler des codes du genre, de surprendre les spectateurs, de détourner le principe des comédies romantiques traditionnelles en prenant à contre-pied les attentes d'un public qui connait également ses codes. Le tout en y ajoutant beaucoup de mon expérience personnelle mais aussi une de mes obsessions, ma tendresse pour les poissons.

 

FilmsdeLover : Pourquoi avoir choisi Mathieu Demy pour interpréter le rôle principal de "L'art de séduire" ?

 

Guy Mazarguil : Dès le départ, Mathieu a été une évidence pour le rôle de ce psy névrosé qui tombe amoureux d'une ex-patiente. Il a un humour maladroit, une bonne gueule et ne fait pas trop bellâtre. Je l'avais vu dans "Nos enfants chéris" et c'est avec lui en tête que j'ai écrit le scénario. Heureusement, il a été le premier à dire oui.

FilmsdeLover : Dernière question, traditionnelle sur notre site. Quelle est votre comédie romantique préférée ?

 

Guy Mazarguil : Il y en a tellement qui me viennent à l'esprit, surtout des comédies romantiques anglaises... Allez, "4 mariages et 1 enterrement". Je l'ai bien vu une vingtaine de fois et Hugh Grant, quel acteur. J'aime aussi les films avec Julia Roberts. D'une façon générale, j'aime vraiment ce genre de films et je suis content d'y contribuer avec "L'art de séduire".

 

FilmsdeLover : Merci Guy de nous avoir consacré du temps !

 

>> Lire notre critique de "L'art de séduire".

>> Jusqu'à demain, tentez de gagner 2 places pour "L'art de séduire".

 

Partagez cet article...

0 commentaires

lun.

18

juil.

2011

Interview : Audrey Bastien et Pierre Niney pour "J'aime regarder les filles".

C'est au festival (pluvieux) de Cabourg en juin, avec peu de moyens techniques mais avec tout notre amour, que Pierre Niney et Audrey Bastien, les acteurs principaux du film "J'aime regarder les filles" de Frédéric Louf, ont accepté de nous rencontrer, à l'occasion de sa sortie mercredi prochain.

Propos recueillis par Frédéric R., 

mis en boite et montés avec amour par Damien R.

 

>> Notre critique de "J'aime regarder les filles", dans les salles mercredi 20 juillet.

 

Partager cette interview :

1 commentaires

mar.

21

juin

2011

Cabourg 2011 : Nos 5 révélations françaises du festival.

Ils sont 5, ils sont jeunes et on les a aimés à Cabourg lors du festival du film romantique parce qu'ils nous ont touchés. On parie qu'ils seront les futurs acteurs qui comptent, dans des films romantiques ou non d'ailleurs.

 

Pierre Niney

Déjà vu dans : "L.O.L.", "Nos 18 ans", "Les émotifs anonymes"...

Bientôt dans : "J'aime regarder les filles" (20 juillet).

 

Difficile de ne pas remarquer le talent de Pierre Niney dans "J'aime regarder les filles" de Frédéric Louf. Il y est tour-à-tour drôle, à l'aise, inventif, vulnérable, amoureux, bref une vraie révélation pour nous, même si sa tête nous disait quelque chose. Et pour cause, il jouait l'un des deux jeunes apprentis chocolatiers dans "Les émotifs anonymes". Il fait également partie de la troupe de la Comédie-Française. On peut donc le voir souvent au théâtre même si "J'aime regarder les filles" devrait le placer sur le devant de la scène cinématographique.

 

Géraldine Martineau

Vue dans : "Hellphone", "Aglaée" (court-métrage).

 

Géraldine Martineau, c'est avant tout un visage impossible à dater. A-t-elle 20 ou 15 ans ? Sa performance dans "Aglaée", dans lequel elle interprète une jeune handicapée qui prend sa revanche sur un de ses camarades, aurait mérité le prix de la meilleure actrice de court-métrage à Cabourg. Le jury en a décidé autrement mais nous, on lui remet volontiers.

 

Franc Bruneau

Déjà vu dans : "Il reste du jambon ?", "Gainsbourg, vie héroïque" et "Cheveu" (court-métrage).

 

Primé au palmarès de Cabourg pour son rôle dans "Cheveu", Franc Bruneau a ému tous les spectateurs avec son personnage, traumatisé à l'idée de perdre ses cheveux, et qui se rend chez son père pour lui demander à quel âge il a perdu les siens. L'occasion pour lui d'effectuer un retour en arrière, sur sa jeunesse, sur son passé. Une belle interprétation et un acteur à suivre du coin de l'oeil.

 

Audrey Bastien

Déjà vue dans : "Simon Werner a disparu".

Bientôt dans : "J'aime regarder les filles" et "Yann Piat, chronique d'un assassinat".

 

Je peux le dire maintenant qu'on est loin de Cabourg, mais L'Homme et moi sommes tombés amoureux du personnage d'Audrey Bastien dans "J'aime regarder les filles". Aux côtés de Pierre Niney, la jeune Audrey fait preuve d'une fraîcheur et d'un humour que l'on n'avait pas vu depuis un bon bout de temps. A surveiller de très très près.

 

Swann Arlaud

Déjà vu dans : "Les émotifs anonymes", la série "Xanadu" et "Alexis Ivanovitch, vous êtes mon héros".

 

Swann Arlaud, c'est avant tout une belle gueule de cinéma, le genre de visage que l'on voit une fois et que l'on n'oublie plus. Dans "Alexis Ivanovitch", il est bluffant en homme meurtri dans son amour-propre, prêt à foutre la plus belle histoire d'amour de sa vie en l'air à cause de ça. Il n'a certes pas été récompensé mais sa performance mérite que l'on s'y attarde et que l'on parie sur lui. Vous l'avez sans doute déjà vu dans "Les émotifs anonymes" dans lequel il jouait l'autre apprenti chocolatier, aux côtés de Pierre Niney.

 

 

Nous aurions pu aussi parler de Fanny Touron, de Guillaume Gouix, d'Ali Marhyar mais notre petit doigt nous dit qu'on aura l'occasion de le faire dans les années qui viennent.

0 commentaires

dim.

19

juin

2011

Cabourg 2011 : Les courts-métrages romantiques en compétition (2ème partie)

Après une première partie excellente, la seconde partie est plus hétérogène mais réserve de belles surprises. Retour sur les courts-métrages en compétition à Cabourg.

 

"Cheveu" de Julien Hallard.

Synopsis : Philippe perd ses cheveux. Combien de temps lui reste-t-il avant la calvitie ? Son dermatologue est formel : seul son père a la réponse à cette question.

Avis : A partir d'un point de départ assez trivial, Julien Hallard brode un très bon court sur l'amour filial avec un très bon duo d'acteurs principaux, père et fils dans le film. L'aspect seventies est très bien fait et Franc Bruneau (récompensé d'un Swann du meilleur acteur dans un court-métrage cette année) est vraiment émouvant. Une belle histoire.

Extrait :


© Magali Magistry
© Magali Magistry

"Cinderela" de Magali Magistry.

Synopsis : Rio de Janeiro. Barmaid au cœur brisé, Luiza assiste à l'annonce du mariage de son amant. Alors que la fête bat son plein, Luiza perd pied. Jusqu'où ira-t-elle pour passer encore une nuit avec l'homme qu'elle aime ?

Avis : Un court français tourné au Brésil, voilà qui n'est pas commun. L'amour tendance branque avec une héroïne prête à tout pour passer une autre nuit avec son amant qui vient de la quitter. J'ai eu du mal à entrer dans le film, la caméra bougeant beaucoup trop (je trouve ça très désagréable). La fin, plus posée, est un peu plus réussie mais ce n'est pas mon court préféré du lot.

Extrait :


"Le Rodba" de Hafsia Herzi.

Synopsis :  Matteo, jeune homme d’origine italienne, accompagné de ses parents, est venu demander la main de Nina à sa famille, d’origine maghrébine. Un rituel important à leurs yeux, qui s’appelle « Le Rodba ». Moment très intense pour les jeunes gens, malheureusement perturbé par l’insupportable présence de la petite sœur de Nina, Aya.

Avis : Difficile de considérer ce court-métrage comme étant romantique. Son propos, ses plans, son humour parfois aussi ne le prédestinaient pas vraiment à être en compétition ici. C'est pas mal, les acteurs sont attachants mais c'est vraiment plus un court comique que romantique.

 

"Leave not a cloud behind" de Pablo Gonzales.

Synopsis : Christopher est dans le coma et rêve. Il rencontre d'autres rêveurs qui lui apprennent à contrôler ses rêves. Il tombe amoureux de Mariana qui disparaît subitement.

Avis : Le film le plus barré de la compétition. Un fourre-tout visuel et inventif que n'aurait pas renié Michel Gondry. C'est donc romantique à sa façon, en dehors des codes, mais avec un défaut majeur selon moi : une fin qui nous laisse en plan. Cela reste une jolie curiosité.

Extrait :


Crédit : "Année Zéro"
Crédit : "Année Zéro"

"Haram" de Benoît Martin.

Synopsis : Leila est marocaine, Mathieu est français. Ils vivent ensemble depuis deux ans. Leila étant depuis peu en situation irrégulière, ils ont pris la décision de se marier. Le mariage approche et il ne leur manque plus qu’un document : le certificat de célibat de Leila, qui ne leur sera délivré que si la jeune femme épouse un musulman. Pas le choix, Mathieu doit se convertir à l’islam.

Avis : Jusqu'où peut-on aller par amour ? Voilà la question posée par ce film qui repose sur la très belle interprétation de Johan Libéreau, une vraie gueule de cinéma dans ce court. Après, le court est plutôt drôle et attachant mais il lui manque un petit quelque chose pour vraiment emporter l'adhésion.

 

"Prochainement sur vos écrans" de Fabrice Maruca.

Synopsis : Quand Fred rencontre Anna, sa vie a tout d’une comédie romantique. Mais quand il s’installe dans une maison hantée, elle se transforme vite en film d’horreur. Puis quand Anna a une liaison avec son meilleur ami, Fred se trouve en plein mélo… Et si la vie n’était qu’une suite de bandes annonces ?

Avis : Autant le dire tout de suite, ce court a eu THE idée : revisiter l'histoire d'un couple à travers 4 bandes-annonces de genre différents, c'est brillant. Le jury ne s'y est pas trompé en lui remettant une mention spéciale. C'est drôle, enlevé, gentiment critique tout en multipliant les clins d'oeil aux cinéphiles. Les acteurs sont tous très bons, bref, une vraie petite perle.

Extrait :


"Hymen" de Cédric Prévost.

Synopsis : Dans la chambre d’un hôtel parisien, un homme retrouve l’escort girl dont il a commandé les services par internet. Mais la rencontre ne va pas se passer comme prévue.

Avis : Derrière sa beauté visuelle (le noir et blanc rend l'ensemble vraiment classe) et un beau duo d'acteurs (excellent Grégory Gadebois vu récemment dans "Angèle et Tony"), l'histoire de cette rencontre entre un vieux garçon et une jeune prostituée russe ne m'a pas trop ému. Je n'ai pas trop compris son message, ce qu'il tentait de dire. Mais techniquement, c'est réussi.


Pour apprécier ce genre un peu à part, les courts-métrages proposés étaient dans l'ensemble très bien même si j'ai pu regretter le manque de romantisme de certains.

 

Pour ma part, j'aurais accordé le prix du meilleur court-métrage à "Prochainement sur vos écrans", une très belle trouvaille bien écrite et réalisée. J'aurais remis le prix du meilleur acteur à Swann Arlaud pour "Alexis Ivanovitch, vous êtes mon héros" de Guillaume Gouix et celui de la meilleure actrice à Géraldine Martineau pour "Aglaée" (cf. 1ère partie des courts-métrages). Encore une fois, ce n'est que mon opinion. Vivement la sélection de l'année prochaine !

0 commentaires

dim.

19

juin

2011

Cabourg 2011 : Le palmarès.

Voici le palmarès de la 25ème édition du festival du film de Cabourg :

 

Section Longs-métrages 2011 :

Grand Prix du Festival de Cabourg 2011 : "La guerre est déclarée" de Valérie Donzelli.

Mention spéciale du jury : "Happy, Happy" de Anne Sewitsky.

Prix du public 2011 : "Et maintenant on va où ?" de Nadine Labaki.

Prix de la Jeunesse 2011 : "Le Monde de Barney" de Richard J. Lewis.

 

Section Courts-Métrages 2011 :

Meilleur film : "J’aurais pu être une pute" de Baya Kasmi.

Mention spéciale : "Prochainement sur vos écrans" De Fabrice Maruca.

Meilleure Actrice : Vimala Pons pour "J’aurais pu être une pute" de Baya Kasmi.

Meilleur Acteur : Franc Bruneau pour "Cheveu" de Julien Hallard.

 

Films romantiques de 2011 :

Swann d’Or du film romantique 2011 : "Les yeux de sa mère" de Thierry Klifa.

Coup de foudre 2011 : "Si tu meurs je te tue" de Hiner Saleem.

Swann d’Or de la meilleure actrice 2011 : Isabelle Carré dans "Les Émotifs anonymes " de Jean-Pierre Améris.

Swann d’Or du meilleur acteur 2011 : Jean Dujardin dans "Un balcon sur la mer" de Nicole Garcia.

Swann d’Or du meilleur réalisateur 2011 : Patrice Leconte pour "Voir la mer". 

Swann d’Or des révélations du cinéma en 2011 :

Révélation féminine : Pauline Lefèvre dans "Voir la mer" de Patrice Leconte Révélation masculine : Raphaël Personnaz dans "La Princesse de Montpensier" de Bertrand Tavernier.

Coup de cœur pour ses 50 ans de carrière romantique à Sylvie Vartan.

0 commentaires

dim.

19

juin

2011

Cabourg 2011 : Carte postale de Cabourg #4

"Cher(e) Lovenaute,

 

Le festival s'est terminé hier soir pour nous après une nouvelle journée de films, d'interviews et de rencontres. Première surprise, il faisait (presque) beau à Cabourg quand nous y sommes arrivés le matin.

Le Grand Hotel de Cabourg, côté mer.
Le Grand Hotel de Cabourg, côté mer.

Si le temps était relativement sage, les flots de la Manche étaient déchainés et comme les jours précédents, toutes les séances sur la plage furent annulées et les rivages restèrent désespérément vides.

On commença la journée tranquillement avec une interview de Guy Mazarguil, le réalisateur de "L'art de séduire" (la critique sera bientôt disponible sur le site et l'interview suivra courant juillet). Très disponible, il nous raconta son amour des comédies romantiques anglaises notamment.

 

Premier programme de la journée, celui de la deuxième partie des courts-métrages en compétition. Confortablement installés dans la salle de cinéma sous le Casino, L'Homme et moi furent bientôt entourés de Mathieu Demy un peu devant, Astrid Bergès-Frisbey juste à côté ou d'autres acteurs talentueux vus dans des courts-métrages présentés. Il faut dire que les courts-métrages ont attiré les foules pendant le festival et la seconde partie de la sélection a réservé de belles surprises (Bientôt nos avis).

 

Une fois L'Homme parti avec Hélène et Sandra voir "En ville" avec Lola Créton, je trainais dans le Hall du Grand Hotel pour assister de l'autre côté des portes en verre à la conférence de presse des 4 acteurs récompensés cette année : Jean Dujardin, Isabelle Carré, Pauline Lefèvre et Raphaël Personnaz.

Jean Dujardin
Jean Dujardin

Devant la mer, les curieux et chasseurs d'autographes étaient déjà là, pressés contre le tapis rouge qui verrait défiler toutes les stars du festival... et nous ! En effet, sur le tapis rouge, les blogueurs ciné ont défilé (très rapidement pour nous, ce n'est vraiment pas notre truc) en soirée avant de prendre part au diner de clôture et à la cérémonie de remise des prix.

 

Ce fut une belle soirée, au début très officielle puis beaucoup moins par la suite avec des acteurs et actrices (Alexandra Lamy, Pauline Lefèvre, Tomer Sisley) qui se sont lachés au micro du karaoké (mention spéciale à Tomer Sisley et sa version crooner de "Stand by me").

 

Les Cendrillons que nous sommes regagnent leur domicile. Le dimanche étant consacré aux reprises des films primés, le festival s'est terminé ici pour nous. Un très beau festival, de jolies rencontres, une très belle expérience que l'on tentera de renouveller l'an prochain.

 

LoveMachine

 

P.S : Si vous voulez voir de jolies photos du festival de Cabourg, n'hésitez pas à consulter les albums Flickr d'Hélène !

0 commentaires

sam.

18

juin

2011

Cabourg 2011 : Les courts-métrages romantiques en compétition (1ère partie)

Présentés en deux parties, les 10 courts-métrages romantiques que l'on peut voir à Cabourg prouvent que le genre romantique est un exercice un peu casse-gueule mais ô combien intéressant. Voici les 5 premiers courts et ce que nous en avons pensé.

 

Crédit Photo : Red Star Productions
Crédit Photo : Red Star Productions

"Douce", de Sébastien Bailly.

Synopsis : Douce est aide-soignante dans un service qui prend en charge les patients dans un coma profond. Elle fait connaissance avec ses nouveaux collègues et patients au jour le jour. Sur la table de chevet d’un patient, un livre attire son attention.

Avis : Ce n'est pas un sujet facile et encore moins glamour auquel s'attaque Sébastien Bailly dans "Douce". L'histoire d'amour unilatérale entre une aide-soignante introvertie et un patient dans le coma profond a de quoi provoquer et déranger, surtout dans le cadre d'un festival du film romantique, mais certains plans sont magnifiques et Lise Bellynck, dans le rôle-titre, offre une partition sublime et touchante. Pas forcément le film le plus romantique de la sélection mais un beau court quand même.

 

© Julie Reggiani
© Julie Reggiani

"Les cybernautes rêvent-ils d'amours digitales ?" de Gilles Bindi.

Synopsis : À force de sublimer des relations virtuelles, est-ce qu’on ne lâche pas prise avec la réalité ? Est-ce qu’on est encore capable de s’attacher à l’imperfection du quotidien? Même quand le destin fait tout pour qu’un homme et une femme se rencontrent ?

Avis : Dès que j'ai lu le titre sur le programme, je savais que j'apprécierais ce film. La référence à la nouvelle de Philip K. Dick m'avait plu et effectivement, c'est un court-métrage comique et romantique de très bonne facture à une exception près mais j'y reviendrai. Le côté comique fonctionne à plein tubes grâce notamment à l'alchimie entre Max Boublil et Ophélia Kolb ou l'impayable duo Judith Magre/Rachel Arditi. C'est nerveux, drôle, bien dans l'air du temps. Le seul petit truc que je lui reproche est au niveau de la fin, mais je ne peux pas trop en dire pour ne pas spoiler.


Crédit photo : Karé Productions.
Crédit photo : Karé Productions.

"J'aurais pu être une pute" de Baya Kasmi.

Synopsis : À la caisse d'un magasin de bricolage, Mina est submergée par une crise d'angoisse et tombe dans les bras de Pierre. Voici l'histoire d'une fille un peu folle, d'un type trop normal, d'un grand sécateur et d'un vieux professeur de piano.

Avis : On ne le répètera jamais assez, un court-métrage, c'est avant tout des acteurs. L'histoire est évidemment importante, mais si on apprécie les acteurs dans les premières trente secondes du court, c'est gagné. Ici, Bruno Podalydès est celui qui emporte notre adhésion face à une Vimala Pons magnifique mais dont le rôle, par contraste avec le charme terre-à-terre de Podalydès, en fait plus un bombe prête à exploser, difficile à cerner. Au niveau de son scénario, le court aborde également un thème assez grave avec du tact, même si j'ai été un peu décontenancé par son début.

 

Crédit Photo : Karé Productions
Crédit Photo : Karé Productions

"Aglaée" de Rudi Rosenberg :

Synopsis : Dans la cour du collège, Benoit perd un pari contre ses copains. Son gage : proposer à Aglaée, une élève handicapée, de sortir avec lui.

Avis : L'un des meilleurs, sinon le meilleur, de cette première partie de sélection, "Aglaée" le doit surtout à ses acteurs, qu'ils soient premiers ou seconds rôles. Tous les adolescents de ce court sont confondants de naturel, à commencer par Géraldine Martineau, mais ne parler que d'elle serait aussi injuste pour les autres acteurs. C'est drôle, juste, dur aussi et cruel mais comme l'est l'adolescence et les premiers amours. Rudi Rosenberg touche du doigt la complexité des sentiments quand on est jeune.


"Alexis Ivanovitch, vous êtes mon héros" de Guillaume Gouix.

Synopsis : Alex et Cerise s’aiment d’un amour joyeux. Un après-midi, autour d’un verre en terrasse, Alex est agressé devant Cerise, et la peur l’empêche de réagir. Alors que Cerise fait de cette histoire une simple anecdote, Alex la vit comme une réelle humiliation. Et si son amour-propre le faisait passer à côté du bonheur ?

Avis : On termine ce petit panorama avec un autre très beau court-métrage qui aborde un sujet assez délaissé de manière générale dans le domaine du film romantique, à savoir l'amour et l'admiration que l'on lit dans le regard de la personne que l'on aime et ce qu'elle nous permet de supporter. Swann Arlaud, une gueule reconnaissable entre 15 000, est ce mec, sûr de lui, le héros de sa copine qu'il a sauvé d'un soirée bien triste, dans la rue. Quand il se fait dérouiller par un mec devant ses yeux, il perd ce petit quelque chose qui faisait de lui un héros. Très propre dans la technique et bénéficiant des compositions très justes de Swann Arlaud et aussi de Fanny Touron (que l'on peut également entendre lors de la chanson de fin), "Alexis Ivanovitch" est la chronique d'une romance menacée qui devrait beaucoup parler aux hommes.

 

 

>> Voir nos critiques des courts-métrages de la seconde partie.

1 commentaires

sam.

18

juin

2011

Cabourg 2011 : Carte postale de Cabourg #3

Cher(e) Lovenaute,

 

La dernière fois que je t'ai parlé, je quittais la salle de presse pour me rendre à "L'art de séduire" de Guy Mazarguil avec Mathieu Demy. Tu pourras en lire une critique un peu plus détaillée bientôt mais c'était très bien, une bonne comédie romantique française, propulsée par le génial Mathieu Demy (c'est à se demander pourquoi il ne fait pas plus de comédies romantiques) et l'hilarant Lionel Abelanski. La salle a en tous cas apprécié puis a pu poser des questions au réalisateur et à Mathieu Demy par la suite. Nous rencontrons le réalisateur ce samedi midi donc normalement, une interview sera bientôt sur le site.

 

Cette séance de questions-réponses à la fin de "L'art de séduire" a quand même eu un gros désavantage puisque j'ai loupé "Chico et Rita", le dessin animé espagnol jazzy que je voulais voir. Ce n'est que partie remise et c'est donc tout de costard vêtu que je rejoins L'Homme, Nivrae et Sandra au repas pour la remise des prix des "Premiers rendez-vous". Ils sont attablés avec Pierre Niney et Audrey Bastien (cf Carte postale #2) et je m'incruste pile pour le dessert.

 

Quelques moments passés dehors (il ne pleut plus !) et l'armée de blogueurs se dirige ensuite pour le Grand Hotel pour assister à une séance de chant au piano pour les volontaires profitant de l'heure tardive et des coupes successives pour laisser tomber leurs inhibitions. Gustave Kervern, bien droit dans ses tongs, prend le micro et improvise quelques paroles sur "La javanaise". L'occasion pour nous de quitter Cabourg et rejoindre nos pénates. Il reste quelques critiques à écrire avant demain, notre deuxième et dernière journée au festival avec la cérémonie de remise des prix. Ne rangeons pas le costard trop vite. L'Homme dort à poings fermés, il est peut-être temps de faire de même.

 

LoveMachine

0 commentaires

ven.

17

juin

2011

Cabourg 2011 : Carte postale de Cabourg #2

Chers Lovenautes,

 

quelle belle première journée ! Je ne parle pas du temps bien entendu puisque la Normandie nous honore d'une pluie dont elle seule a le secret.

Cabourg sous la pluie.
Cabourg sous la pluie.

Non, s'il y a du beau temps, c'est dans nos esprits après cette première journée forte en émotions et qui n'a pas encore dévoilé toutes ses surprises. Tout a commencé ce matin puisque nous sommes arrivés avec L'Homme pour retirer nos accréditations. Nous aurions dû planifier notre journée en avance mais finalement, on s'en sort pas mal. 5 films, des courts-métrages, bref beaucoup de choses à voir.

Le Grand Hotel de Cabourg.
Le Grand Hotel de Cabourg.

Tandis que L'Homme se presse pour voir son premier film, je retrouve Nivrae pour "Bonsaï", un film franco-chilien qui raconte l'histoire d'un homme-écrivain hanté par ses amours passés. Une belle histoire, un peu statique mais qui bénéficie d'une identité et d'un rythme propres à lui. Une jolie découverte en espagnol. Je ne sais pas encore si tu pourras le voir en cinéma, mais si c'est le cas, nous t'en parlerons.

 

Après un repas vite englouti, direction la première compilation de courts-métrages qui, comme d'habitude alterne le bon et le moins bon. Dans la salle, le jury est présent avec notamment Déborah François et Gustave Kervern.

 

Pas le temps de souffler puisque l'on enchaine avec "J'aime regarder les filles" de Frédéric Louf qui doit sortir sur nos écrans le 20 juillet. Un gros gros coup de coeur pour ce film qui se déroule en 1981 et qui raconte l'histoire d'amour entre un fils d'ouvrier et une fille de riches. Rires et romantisme sont au rendez-vous mais nous en reparlerons.

L'équipe du film "J'aime regarder les filles".
L'équipe du film "J'aime regarder les filles".

Le meilleur reste à venir puisqu'à la sortie du film, L'Homme prend son courage à deux mains et demande à Pierre Niney et Audrey Bastien, les deux personnages principaux du film, de faire une petite interview. De vrais crèmes puisqu'ils acceptent. Une première pour nous et une interview à découvrir bientôt sur FilmsdeLover.com !

Audrey Bastien et Pierre Niney du film "J'aime regarder les filles".
Audrey Bastien et Pierre Niney du film "J'aime regarder les filles".

Les rencontres continuent puisque c'est avec Claire, une fidèle Lovenaute que l'on passe quelques instants. C'est sympa de pouvoir enfin mettre des visages sur des pseudos Twitter.

 

Il est 20h30, je suis dans la salle de presse et je dois me hâter pour "L'art de séduire" de Guy Mazarguil et "Chico et Rita". Une chose est sûre : malgré la pluie, ce Festival a vraiment de quoi plaire des amoureux du romantisme et nous a très bien accueilli. Attention, ou nous allons tomber amoureux.

 

A demain pour d'autres aventures !

 

LoveMachine

2 commentaires

jeu.

16

juin

2011

Cabourg 2011 : Carte postale de Cabourg #1

Chers Lovenautes,

 

L'Homme et moi sommes bien arrivés à Caen après un long voyage et une longue journée de travail (nous ne sommes pas rédacteurs à temps plein), moi en voiture depuis Nantes, lui en train depuis Paris.

 

Dans la voiture, j'avais pris grand soin de sélectionner des musiques pour me mettre dans l'ambiance. Ainsi, les musiques envoûtantes de "Bright Star" emplissaient l'habitacle pendant le trajet avant d'être suivies par celles d'"Orgueil et préjugés". Les vertes contrées normandes étaient l'écrin parfait pour cette musique de Lover.

 

Les retrouvailles ont été courtes puisque nous sommes actuellement en pleine préparation de la journée de demain. L'Homme est en train de repasser sa chemise (véridique) tandis que je suis assis au coin du feu et que j'écris ces quelques mots. Il nous faut encore préparer la journée de demain. Quels films choisir ? Quel endroit pour rencontrer notre amie Nivrae ? Autant de questions qui devront trouver des réponses en tant et en heures.

 

Les missions sont multiples : Trouver l'endroit des accréditations, obtenir lesdites accréditations, prendre les places pour les séances du jour, se rendre dans lesdites séances. On ne se plaint pas, il y a de pires façons de passer une journée de RTT.

 

Toujours est-il qu'il commence à se faire tard et que demain s'annonce chargé. Je vous laisse donc à vos occupations nocturnes. A demain pour une autre carte postale de Cabourg.

 

LoveMachine

 

PS : OUI, on sait ! On n'est pas encore à Cabourg donc cette carte devrait s'appeller "Carte postale de Caen" mais c'est quand même moins glamour.

PS 2 : I love you (de ma part. Ceci s'adresse à une seule personne, elle se reconnaîtra. Pas toi. Non, pas toi non plus. Oui toi.)

PS 3 : I love you too (de la part de L'Homme pour toutes les filles)

2 commentaires

jeu.

09

juin

2011

Festival du film romantique de Cabourg : le programme !

La 25ème édition du festival du film de Cabourg aura lieu du 15 au 19 juin 2011 et Films de Lover y sera au moins 3 jours pour couvrir l'évènement. C'est le Festival de Cannes des Lovers donc on ne pouvait pas manquer ça. Voici le programme de ces 5 journées romantiques.

 

Il y aura 8 longs-métrages en compétition officielle :

 

La section "Panorama" permettra au public de déterminer son film romantique préféré. Ce sont des films qui sortiront en majorité cet été et dont nous reparlerons bientôt.

  • "La Fée" de Dominique Abel, Bruno Romy, Fiona Gordon.
  • "Chico et Rita", de Fernando Trueba et Javier Mariscal.
  • "3 fois 20" de Julie Gavras.
  • "La Prima Cosa Bella", de Paolo Virzi.
  • "Ni à vendre, Ni à louer" de Pascal Rabaté
  • "Et Maintenant on va où ?" de Nadine Labaki.
  • "Mes Meilleures amies" de Paul Feig.
  • "L'Art de séduire" de Guy Mazarguil.
  • "Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz.
  • "Au Cul du loup" de Pierre Duculot.
  • "J'aime regarder les filles" de Frédéric Louf.
  • "L'Elève Ducobu" de Philippe de Chauveron.

 

On notera également une compétition pour les courts-métrages, une section documentaire consacrée à l'Océanie, bref de quoi élargir notre horizon. Le public pourra aussi profiter gratuitement des meilleurs films romantiques de ce début d'année 2011 sur la plage avec "Cine-Swann".

 

Côté stars, sont annoncés sur la côté normande Jean Dujardin, Emmanuelle Béart, Isabelle Carré, Elie Semoun, Claude Lelouch, Patrice Leconte, Nicolas Duvauchelle, Nicole Garcia, Bruno Romy, Dominique Pinon, Mélanie Thierry, Astrid Berges-Frisbey, Tonie Marshall… L'Homme a d'ailleurs commencé à préparer son beau carnet à autographes.

 

Je rappelle que les films en projection sont accessibles à tout le monde donc si l'envie vous prend de venir vous gaver de films romantiques sur la plus belle côte du monde (on est partiaux, certes, tout normands que nous sommes), n'hésitez pas à consulter les infos pratiques sur le site du festival.

 

Vous pourrez suivre nos déambulations sur le site bien entendu mais aussi sur nos comptes Facebook et surtout Twitter. J-6 !

0 commentaires
FilmsdeLover.com a été séduit par Jimdo.fr. Contrat prénuptial. Logo et typographie FDL par la talentueuse Jup. © 2008-2016  

FilmsdeLover.com

Depuis 2008, nous ne parlons sur ce site que des comédies romantiques et des films d'amour. Lisez nos avis, consultez nos dossiers, profitez de nos idées de cadeaux, de musiques, de répliques inspirées de nos films d'amour préférés pour trouver l'inspiration en vue de votre soirée en amoureux avec l'élu(e) de votre coeur, ou bien tout(e) seul(e), sous une couverture et un chocolat chaud à portée de main, les deux seuls cas de figure où la comédie romantique est obligatoire. Bonne visite !
Créé avec amour en Normandie Created with love in Normandy