Derniers avis ajoutés
2016
2005
2016
2016
2016
2011
1996
2005
2004
2012
2014
2006

sam.

18

juin

2011

Cabourg 2011 : Les courts-métrages romantiques en compétition (1ère partie)

Présentés en deux parties, les 10 courts-métrages romantiques que l'on peut voir à Cabourg prouvent que le genre romantique est un exercice un peu casse-gueule mais ô combien intéressant. Voici les 5 premiers courts et ce que nous en avons pensé.

 

Crédit Photo : Red Star Productions
Crédit Photo : Red Star Productions

"Douce", de Sébastien Bailly.

Synopsis : Douce est aide-soignante dans un service qui prend en charge les patients dans un coma profond. Elle fait connaissance avec ses nouveaux collègues et patients au jour le jour. Sur la table de chevet d’un patient, un livre attire son attention.

Avis : Ce n'est pas un sujet facile et encore moins glamour auquel s'attaque Sébastien Bailly dans "Douce". L'histoire d'amour unilatérale entre une aide-soignante introvertie et un patient dans le coma profond a de quoi provoquer et déranger, surtout dans le cadre d'un festival du film romantique, mais certains plans sont magnifiques et Lise Bellynck, dans le rôle-titre, offre une partition sublime et touchante. Pas forcément le film le plus romantique de la sélection mais un beau court quand même.

 

© Julie Reggiani
© Julie Reggiani

"Les cybernautes rêvent-ils d'amours digitales ?" de Gilles Bindi.

Synopsis : À force de sublimer des relations virtuelles, est-ce qu’on ne lâche pas prise avec la réalité ? Est-ce qu’on est encore capable de s’attacher à l’imperfection du quotidien? Même quand le destin fait tout pour qu’un homme et une femme se rencontrent ?

Avis : Dès que j'ai lu le titre sur le programme, je savais que j'apprécierais ce film. La référence à la nouvelle de Philip K. Dick m'avait plu et effectivement, c'est un court-métrage comique et romantique de très bonne facture à une exception près mais j'y reviendrai. Le côté comique fonctionne à plein tubes grâce notamment à l'alchimie entre Max Boublil et Ophélia Kolb ou l'impayable duo Judith Magre/Rachel Arditi. C'est nerveux, drôle, bien dans l'air du temps. Le seul petit truc que je lui reproche est au niveau de la fin, mais je ne peux pas trop en dire pour ne pas spoiler.


Crédit photo : Karé Productions.
Crédit photo : Karé Productions.

"J'aurais pu être une pute" de Baya Kasmi.

Synopsis : À la caisse d'un magasin de bricolage, Mina est submergée par une crise d'angoisse et tombe dans les bras de Pierre. Voici l'histoire d'une fille un peu folle, d'un type trop normal, d'un grand sécateur et d'un vieux professeur de piano.

Avis : On ne le répètera jamais assez, un court-métrage, c'est avant tout des acteurs. L'histoire est évidemment importante, mais si on apprécie les acteurs dans les premières trente secondes du court, c'est gagné. Ici, Bruno Podalydès est celui qui emporte notre adhésion face à une Vimala Pons magnifique mais dont le rôle, par contraste avec le charme terre-à-terre de Podalydès, en fait plus un bombe prête à exploser, difficile à cerner. Au niveau de son scénario, le court aborde également un thème assez grave avec du tact, même si j'ai été un peu décontenancé par son début.

 

Crédit Photo : Karé Productions
Crédit Photo : Karé Productions

"Aglaée" de Rudi Rosenberg :

Synopsis : Dans la cour du collège, Benoit perd un pari contre ses copains. Son gage : proposer à Aglaée, une élève handicapée, de sortir avec lui.

Avis : L'un des meilleurs, sinon le meilleur, de cette première partie de sélection, "Aglaée" le doit surtout à ses acteurs, qu'ils soient premiers ou seconds rôles. Tous les adolescents de ce court sont confondants de naturel, à commencer par Géraldine Martineau, mais ne parler que d'elle serait aussi injuste pour les autres acteurs. C'est drôle, juste, dur aussi et cruel mais comme l'est l'adolescence et les premiers amours. Rudi Rosenberg touche du doigt la complexité des sentiments quand on est jeune.


"Alexis Ivanovitch, vous êtes mon héros" de Guillaume Gouix.

Synopsis : Alex et Cerise s’aiment d’un amour joyeux. Un après-midi, autour d’un verre en terrasse, Alex est agressé devant Cerise, et la peur l’empêche de réagir. Alors que Cerise fait de cette histoire une simple anecdote, Alex la vit comme une réelle humiliation. Et si son amour-propre le faisait passer à côté du bonheur ?

Avis : On termine ce petit panorama avec un autre très beau court-métrage qui aborde un sujet assez délaissé de manière générale dans le domaine du film romantique, à savoir l'amour et l'admiration que l'on lit dans le regard de la personne que l'on aime et ce qu'elle nous permet de supporter. Swann Arlaud, une gueule reconnaissable entre 15 000, est ce mec, sûr de lui, le héros de sa copine qu'il a sauvé d'un soirée bien triste, dans la rue. Quand il se fait dérouiller par un mec devant ses yeux, il perd ce petit quelque chose qui faisait de lui un héros. Très propre dans la technique et bénéficiant des compositions très justes de Swann Arlaud et aussi de Fanny Touron (que l'on peut également entendre lors de la chanson de fin), "Alexis Ivanovitch" est la chronique d'une romance menacée qui devrait beaucoup parler aux hommes.

 

 

>> Voir nos critiques des courts-métrages de la seconde partie.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    lizzie bennet (samedi, 18 juin 2011 10:13)

    "Les cybernautes rêvent-ils d'amours digitales " m'a l'air super !!!!

FilmsdeLover.com a été séduit par Jimdo.fr. Contrat prénuptial. Logo et typographie FDL par la talentueuse Jup. © 2008-2016  

FilmsdeLover.com

Depuis 2008, nous ne parlons sur ce site que des comédies romantiques et des films d'amour. Lisez nos avis, consultez nos dossiers, profitez de nos idées de cadeaux, de musiques, de répliques inspirées de nos films d'amour préférés pour trouver l'inspiration en vue de votre soirée en amoureux avec l'élu(e) de votre coeur, ou bien tout(e) seul(e), sous une couverture et un chocolat chaud à portée de main, les deux seuls cas de figure où la comédie romantique est obligatoire. Bonne visite !
Créé avec amour en Normandie Created with love in Normandy