Derniers avis ajoutés
2016
2005
2016
2016
2016
2011
1996
2005
2004
2012
2014
2006

ven.

29

mars

2013

Interview : Morgan Simon, réalisateur du court-métrage "American Football".

Aujourd'hui, nous recevons dans nos pages Morgan Simon, le jeune réalisateur français de "American Football", un court-métrage romantique qui nous a fait forte impression. Critique et entretien.

En juin dernier, L'Homme et moi étions au festival du film romantique de Cabourg, à nous gaver de films de Lover et comme toujours quand on y va, on prend le temps d'aller assister aux projections des courts-métrages qui ont généralement lieu lors de deux séances distinctes. Pas de bol pour nous, nous avons choisi d'aller voir la séance dans laquelle n'était pas projeté "Americain Football" et près de 9 mois plus tard, j'ai enfin pu réparer cet oubli.

 

Long d'une vingtaine de minutes, "American football" raconte l'histoire de Zack, 24 ans, un peu paumé dans sa vie quand il ne chante pas dans son groupe de musique. Son autre passion, ce sont les tatouages et quand son tatoueur refuse de lui faire crédit, il doit aller trouver l'argent autre part. Et si c'était dans la poche de cette jeune femme qu'il rencontre dans une boutique de vêtements ? Voilà pour l'histoire. Pour le reste, Morgan Simon trousse une jolie variation de la rencontre amoureuse, actuelle, spontanée, à mille lieux des milieux glamours et riches des comédies romantiques françaises traditionnelles. Mais ce n'est pas non plus misérabiliste pour autant. Au contraire, c'est simplement une dépiction juste et sincère de la jeunesse d'aujourd'hui, celle qui brûle les étapes, fait des conneries, ne sait pas ce qu'elle veut mais aime "comme les grands" quand LA rencontre arrive, quitte à être maladroite. Les deux acteurs principaux Julien Krug et Lilly-Fleur Pointeaux sont extra d'un bout à l'autre et insufflent un mélange de malice et de désespoir à l'ensemble. Ajoutez à cela une bande-son péchue et emballante et l'on tient là l'un des meilleurs courts-métrages romantiques français des dernières années.

 

Malheureusement pour vous (et pour nous aussi), ce court-métrage n'est pas encore disponible sur Internet. Il va par contre prochainement être rediffusé sur Canal+ (et donc probablement disponible en replay). Nous vous tiendrons au courant pour que vous ne le manquiez pas. [MaJ : Prochaine diffusion sur Canal+ le vendredi 5 avril à 10h25] Voici cependant un extrait de deux minutes à vous mettre sous la dent, avant d'en découvrir plus sur le réalisateur du film Morgan Simon.

FilmsdeLover : Qu'est-ce qui pousse un jeune réalisateur comme vous, vainqueur du Mobile Film Festival en 2011, à utiliser les ressources matérielles de cette victoire pour raconter "seulement" une rencontre amoureuse alors que c'est un genre plutôt déconsidéré d'un point de vue cinématographique ?

Morgan Simon : J’ai mis un an à écrire "American Football", le scénario s’est naturellement orienté vers la relation amoureuse, même si ce n’était pas une volonté au départ. Mes précédents films étaient plus noirs et radicaux, je me suis laissé guider sans contraindre l’écriture, ça me faisait aller ailleurs. C’était une façon de prendre un contrepied pour parler de ce milieu, tous ces tatouages appelaient en effet une radicalité que je trouvais attendue et d’avance rebutante. Traiter cette histoire d’un point de vue sentimental rendait la tâche bien plus excitante et en un sens risquée. Cette relation amoureuse était aussi et surtout un moyen de parler de cette jeunesse incertaine, partagée entre underground et mainstream, pas sûre de savoir pourquoi elle crie et tatoue son corps.

 

FdL.com : Les deux acteurs Julien Krug et Lilly-Fleur Pointeaux sont formidables dans "American football". Qu'avez-vous vu en eux pour les choisir ?

M.S. : Julien Krug vient vraiment de cette scène, je connaissais son groupe, Post Offense. Il a cette dualité étonnante d’être capable de crier à s’en arracher la voix tout en étant timide et sensible dans la vie. Lilly-Fleur Pointeaux a une énergie interne et un humour qui emportent tout. On ne peut jamais savoir à l’avance ce qui va résulter de ces rencontres arrangées. Ici une petite magie semble être née entre eux. C’est rare et précieux, c’est sans doute l’une des plus grandes satisfactions pour moi de faire des films.

 

FdL.com : L'univers underground est au centre du film. Qu'est-ce qui vous a attiré dans cet univers ?

M.S. : C’est un milieu que je connais bien et qui justement n’est pas tout à fait underground, il y a une part de mainstream qui tempère cet aspect. Sans en faire complètement partie, il est très présent dans ma vie de par la musique que j’écoute, les gens que je connais de près ou de loin, tout ça devait bien finir par remonter un jour…

"Il n’y a pas besoin de trucs scénaristiques

pour écrire un film, seulement

de sentiments sincères et justes."

FdL.com : En tant que jeune réalisateur, quel regard portez-vous sur le film d'amour français, sur la comédie romantique en général ?

M.S. : Lorsque je vois une bande-annonce de comédie romantique française, j’ai un sentiment étrange. Je suis au cinéma, pourtant je suis face à un produit télé avec les acteurs calibrés pour mais persuadés du contraire. Mes yeux se réfugient par réflexe vers mon téléphone. De l’écran de 20 mètres, mon œil a traversé les 80 cm de l’écran télé pour finir absorbé par les 5 cm de mon iPhone. C’est une opération de réduction des horizons. Il y a globalement peu d’invention, peu de regard, on cherche à être drôle donc on ne l’est pas. Pour un jeune cinéaste c’est peu excitant. Néanmoins il y a des exceptions, j’ai adoré "Two Days in Paris" de Julie Delpy, c’est frais et hilarant. J’y retrouve la frénésie des Woody Allen inoubliables comme "Annie Hall". Tout est question d’énergie, du feu qui brûle à l’intérieur. Pour l’attiser il faut compter et parier sur les films indépendants aujourd’hui menacés car même le réchauffé est désormais en voie de disparition. Le surgelé flemmard se rentabilise vite et quoiqu’on en dise cette nourriture nous tue.

 

FdL.com : Dernière question, une classique sur notre site : quel est votre film d'amour préféré ?

M.S. : "L’Atalante" de Jean Vigo me hante, je le redécouvre pourtant à chaque fois. Au-delà de sa beauté et de sa personnalité, ce film est aussi pour moi une référence pour les tatouages et la vie passée qu’ils évoquent chez le personnage interprété par Michel Simon. Tout est inattendu, pourtant pour reprendre votre expression il s’agit « seulement » d’une histoire d’amour. C’est bien la manière de faire qui compte. J’ajouterai "Une femme sous influence" de John Cassavetes, l’une des grosses claques dans ma vie, qui m’a fait comprendre qu’il n’y avait pas besoin de trucs scénaristiques pour écrire un film, seulement de sentiments sincères et justes.

 

"American Football" écrit et réalisé par Morgan Simon, avec Julien Krug et Lilly-Fleur Pointeaux. Une production Easy Tiger.

 

Partager cet article...


Écrire commentaire

Commentaires : 0
FilmsdeLover.com a été séduit par Jimdo.fr. Contrat prénuptial. Logo et typographie FDL par la talentueuse Jup. © 2008-2016  

FilmsdeLover.com

Depuis 2008, nous ne parlons sur ce site que des comédies romantiques et des films d'amour. Lisez nos avis, consultez nos dossiers, profitez de nos idées de cadeaux, de musiques, de répliques inspirées de nos films d'amour préférés pour trouver l'inspiration en vue de votre soirée en amoureux avec l'élu(e) de votre coeur, ou bien tout(e) seul(e), sous une couverture et un chocolat chaud à portée de main, les deux seuls cas de figure où la comédie romantique est obligatoire. Bonne visite !
Créé avec amour en Normandie Created with love in Normandy