Derniers avis ajoutés
2016
2005
2016
2016
2016
2011
1996
2005
2004
2012
2014
2006

mar.

14

août

2012

Les comédies romantiques sacralisent-elles le mariage ?

Par LoveMachine.
Par LoveMachine.

Rendons à César ce qui lui appartient puisque cette interrogation, sur laquelle je voulais écrire un truc dessus depuis un petit bout de temps, nous vient de Louis, chef de "Across the days", qui me demandait récemment si je pouvais concevoir que "dans les comédies romantiques, au-delà du fait qu'elles sont naives et qu'elles permettent de faire croire aux petites gamines que le prince charmant existe, le mariage est sacralisé, institutionnalisé ?" (et merci à lui de cette question pertinente). C'est l'heure de tordre le cou à ce vieux cliché de la comédie romantique.

La comédie romantique, un genre plutôt déserté par le mariage.

Premier constat à faire : il est très rare d'assister à la fin d'une comédie romantique américaine au mariage des deux protagonistes principaux. C'est tellement rare que j'ai même du mal à trouver un exemple à vous donner pour illustrer. Ah si, "Hitch" montrait un mariage (même si c'était celui de seconds rôles), tout comme "Just married, ou presque". Comparé à la masse des comédies romantiques "modernes" qui sont sorties depuis "Quand Harry rencontre Sally", c'est quand même très très faible comme proportion.

 

Ce qui fausse cette perception, c'est le happy end servi dans la majorité des comédies romantiques avec les deux amoureux s'embrassant devant un coucher de soleil. Est-ce que cela assure un mariage pour les deux tourtereaux pendant la suite de leur relation ? Ceci est laissé à l'appréciation personnelle de chacun et le fait que l'on assimile systématiquement ces happy ends à des mariages en dit plus long sur l'optimisme du public qui regarde ces comédies romantiques que sur le genre cinématographique en lui-même qui se contente de dire "Hey, ces deux-là s'aiment à ce moment précis et c'est ici que s'arrête mon boulot. A vous d'imaginer la suite". Plutôt malin comme démarche.

 

Le Prince Charmant... à un instant T.

C'est d'ailleurs à relier avec le passage de la question initiale sur l'existence du Prince Charmant que continueraient de perpétuer les comédies romantiques. Encore une fois, le film se contente de dire qu'à un instant T, deux personnes s'aiment plus que tout. Cet amour va-t-il durer ? Va-t-il surmonter le poids des années et les expériences personnelles ? Nous n'avons, dans la majorité des cas, aucun moyen de le dire, sauf en tirant des conclusions basées sur nos propres expériences personnelles. Que celles de détracteurs des roms-coms soient principalement des affirmations sur l'existence d'un Prince Charmant montrent davantage leur envie d'une histoire qui se termine bien que celle du film en lui-même.

 

Il est d'ailleurs assez intéressant de voir que cette notion du Prince Charmant, dérivée des dessins animés de Walt Disney soit associée depuis un sacré bout de temps aux comédies romantiques, comme si le genre était le pendant avec des acteurs live de l'autre ("Il était une fois" en jouera d'ailleurs la carte à plein pot dans une comédie romantique très différente de ce que l'on voit généralement). Or, ce n'est pas vraiment le cas puisque contrairement aux dessins animés Disney, les comédies romantiques se terminent très rarement par un "Et ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants". Difficile donc de les assimiler, à part sur la base de leur seule histoire d'amour et de leurs bons sentiments. Un peu mince.

Le mariage, détourné par la comédie romantique.

J'ai commencé cet article en disant que l'on voyait peu de mariages entre les personnages principaux dans les comédies romantiques. C'est vrai mais cela ne veut pas dire pour autant que l'on n'y voit jamais de mariages puisque n'importe quel amateur pourra dire que le mariage est quasiment un passage obligé pour une comédie romantique, même si c'est généralement pour tout faire sauf le sacraliser.

 

Si la comédie romantique aime les mariages, c'est pour mieux les détourner, les tourner en dérision. Souvenez-vous de "4 mariages et 1 enterrement" et la fameuse réplique de Charles (Hugh Grant) : "Acceptes-tu de ne pas m'épouser ? Et penses-tu que le fait de ne pas être marié avec moi soit quelque chose que tu envisagerais pour le restant de tes jours ?". Le film entrouvrait la porte pour l'une des premières fois dans une comédie romantique à l'idée que le mariage n'était pas une étape indispensable au bonheur d'un couple. Le générique de fin élargissait d'ailleurs le focus du film puisqu'on y voyait les devenirs amoureux de chacun de la bande d'amis. 

Dans "Just married, ou presque", la peur du mariage et de l'engagement joue un rôle important dans le scénario avec cette fiancée multiple incapable de s'engager devant l'autel. La fin était autrement plus classique ceci dit. Plus récemment, c'est "La proposition" avec Sandra Bullock et Ryan Reynolds pour qui le mariage entre les deux héros n'est qu'un accessit pour pouvoir rester sur le territoire et effectivement commencer à sortir ensemble. "Veux-tu m'épouser pour qu'on puisse sortir ensemble ?" disait le beau Ryan. On est loin du mariage de rêve pour jeunes filles (et hommes) naïves.

Et que dire de cette demande en mariage maladroite prononcée par John Cusack dans "High fidelity" pour laquelle il se fait gentiment rejeter par la femme de sa vie ?

Même dans "Love actually", le beau mariage entre Keira Knightley et son fiancé n'empêche pas la jeune femme d'éprouver des sentiments pour un autre homme. Je pourrais continuer encore et encore et trouver plein d'autres exemples où le mariage n'est absolument pas vu comme une chose pure et parfaite qu'on doit à tout prix atteindre sans la transgresser, bien au contraire. La comédie romantique, bien consciente de son image, a toujours tenté d'inverser les clichés pré-conçus qu'elle génére.

Le mariage, frein à la passion, moteur de l'émotion.

Cette relative malice vis-à-vis du mariage dans les comédies romantiques est à comparer avec le traitement qu'on lui réserve dans les films romantiques (ou mélodrames) et dans lequel le mariage apparait davantage comme une véritable prison séparant deux amants, ou bien, a contrario, comme le moteur d'une émotion.

 

"Sur la route de Madison" en parle de façon superbe, avec cette femme mariée qui se laisse aller à l'adultère mais pas jusqu'à quitter son mari, qu'elle continuera d'aimer jusqu'à sa mort. Durant la scène finale, poignante, le mariage y apparait presque tangiblement comme une prison dorée. 

Dans "Brève rencontre" sorti en 1946, c'était déjà la même chanson, avec ce choix quasi-impossible entre un mari aimant et un amant aimé. S'il est vrai que les plus belles histoires d'amour au cinéma naissent des plus grandes adversités, le mariage apparait dans ces deux films (et dans bien d'autres) à la hauteur des amours qu'il empêche de voir se réaliser. C'est une sacralisation mais pas vraiment dans le bon sens du terme. "Blue valentine", sorti l'an dernier, montrait lui aussi violemment l'après des happy ends traditionnels en dévoilant la rencontre, le mariage puis le délitement d'une relation entre deux personnes qui s'aimaient, mais pas assez pour empêcher leur couple de sombrer.

 

Ce dézoom sur la relation pourrait être celui de bon nombre des comédies romantiques dans leur ensemble mais celles-ci préfèrent se concentrer sur une période restreinte, de la rencontre à la mise en couple. Leur intérêt est donc complètement ailleurs que dans la sacralisation du mariage.

 

Puis le mariage, c'est aussi parfois le point de départ d'un amour tragique, comme dans "Romeo + Juliette" ou "Braveheart", où les choses empirent au moment même où les mariés se disent "oui". Ce que l'on a perdu devient alors le moteur d'une émotion plus forte, d'un courage qui permet à l'être humain de faire tout et n'importe quoi par amour. On pourrait dire que c'est aussi une sacralisation du mariage, mais ce serait assez faux.

 

Les roms-coms ne sacralisent pas le mariage...

S'il y a bien une chose que les comédies romantiques sacralisent (peut-être naïvement mais c'est selon son expérience propre), c'est l'idée d'un amour parfait entre deux personnes à un instant T (généralement la fin du film). Que celui-ci perdure et soit symbolisé par le mariage est laissé à l'interprétation personnelle de chacun, l'après n'étant généralement pas montré dans le roms-coms.

 

Peu de genres de films peuvent se targuer de laisser un si grand pan de leur intrigue à l'appréciation personnelle de ses spectateurs et c'est cet aspect que je trouve assez fascinant dans les comédies romantiques parce que l'on peut lire beaucoup de choses dans les réactions qu'elles provoquent parmi ses spectateurs. Pessimiste ? Optimiste ? Désabusé(e) ? Dis-moi comment tu interprètes la fin d'une comédie romantique et je te dirai qui tu es.

 

 

Partager cet article...


Écrire commentaire

Commentaires : 7
  • #1

    Léa (mardi, 14 août 2012 11:23)

    Chouette article!
    Hey mais, dans 27 robes ils se marient à la fin si je me rappelle bien! (ouioui je crois que je me rappelle bien!)

  • #2

    FilmsdeLover.com (mardi, 14 août 2012 11:26)

    Je ne l'ai pas vu celui-là mais c'est dans ce cas l'exception qui confirme la règle. ;)

  • #3

    Pitchoune (mardi, 14 août 2012 15:13)

    Ca compte pas vraiment mais dans Coup de foudre à Bollywood (l'adaptation indienne d'Orgueil et Préjugés), les deux couples se marient à la fin =)

  • #4

    Mathilde (dimanche, 02 septembre 2012 10:14)

    J'ai en effet immédiatement pensé à 27 robes =)

  • #5

    Ariane (vendredi, 07 septembre 2012 22:22)

    Aloooors, j'ai lu cet article avec attention parce que, tout en étant une grande fan de films romantiques, je suis plus qu'agacé par l'omniprésence du mariage dans les films (américains surtout). Nous savons bien que pour l'Amérique, le mariage, la famille, a une importance foooondamentale dans la société, cela dit, en France, ce n'est pas exactement pareil.

    J'entends tous les arguments soulevés dans cet article: on voit assez peu de mariage, il y a des anti-mariage, l'adultère existe, le mariage est parfois fait n'importe comment et de manière anti-romantique au possible.

    Cela dit, il y a quantité de films où la consécration de l'amour des deux protagonistes (c'est à dire la fin du film, le moment où enfin, tout va pour le mieux)est illustré par: la demande en mariage. Je pense à Donne-moi ta main, à Love Actually (Colin Firth blabla), 7 ans de séduction (ok, je ne suis pas sûre!), à Pretty woman, à Brokeback mountain (blague), à Un jour peut-être (je crois), à La Mélodie du bonheur (bon, ce n'est pas à la fin mais c'est à la fin de la partie romantique)... plus tous ceux que je n'ai pas vu, plus tous ceux que j'ai vu et que j'ai oublié.

    Le mariage est un des thèmes de prédilection du film romantique, et est souvent en son centre. Même si il est controversé. Et c'est dans ce sens qu'il est, à mon avis, sacralisé, institutionnalisé.



    Voilà, je me suis permis de défendre ce point de vue opposé pensant que l'auteur de la phrase qui a suscité l'article ne viendrait pas jusqu'ici pour le faire, n'ayant pas l'air d'être un grand fan de ce genre de film.

    Voilààà!

  • #6

    FilmsdeLover.com (vendredi, 07 septembre 2012 23:47)

    Tu fais bien de défendre ton point de vue ! C'est aussi pour ça qu'on écrit ce genre d'articles. ;)

  • #7

    Vincent (dimanche, 09 septembre 2012 00:12)

    Moi, qui veux rester célibataire, j'aime beaucoup ce style de fims. Je penser que vraiment que ça donner à cherche cet être qui retiens tout notre attention. Souvent on, le rencontre mais la vie, nous separe par des traditions famillial

FilmsdeLover.com a été séduit par Jimdo.fr. Contrat prénuptial. Logo et typographie FDL par la talentueuse Jup. © 2008-2016  

FilmsdeLover.com

Depuis 2008, nous ne parlons sur ce site que des comédies romantiques et des films d'amour. Lisez nos avis, consultez nos dossiers, profitez de nos idées de cadeaux, de musiques, de répliques inspirées de nos films d'amour préférés pour trouver l'inspiration en vue de votre soirée en amoureux avec l'élu(e) de votre coeur, ou bien tout(e) seul(e), sous une couverture et un chocolat chaud à portée de main, les deux seuls cas de figure où la comédie romantique est obligatoire. Bonne visite !
Créé avec amour en Normandie Created with love in Normandy