Derniers avis ajoutés
2016
2005
2016
2016
2016
2011
1996
2005
2004
2012
2014
2006

jeu.

05

juil.

2012

1 livre, 1 film de Lover #7 : "Twilight : Fascination".

Dans ce nouveau numéro consacré aux films romantiques et les livres dont ils sont adaptés, notre rédactrice Valmont revient sur l'un des phénomènes des dernières années : "Twilight : Fascination" et son adaptation en film : "Twilight : Chapitre 1 - Fascination".

Par Valmont (Lovenaute)
Par Valmont (Lovenaute)

Comme beaucoup d'entre vous sans doute, j'ai vu le premier volet de Twilight au cinéma. Réalisé par Catherine Hardwicke et sorti en 2009, il s'inspire du premier tome de la saga du désir interdit de l'auteur Stephenie Meyer.

 

Il raconte l'histoire d'une jeune fille, Bella Swan, qui décide de quitter Phœnix. Et ce pour une simple et bonne raison : elle ne veut pas être un obstacle entre sa mère et son jeune mari, Phil, joueur de base-ball professionnel dont elle est séparée régulièrement pour s'occuper d'elle. Bella a donc naturellement proposé d'aller vivre chez son père, chef de la police à Forks, petite bourgade de l'état de Washington, région aussi humide que l'Arizona est ensoleillée. Persuadée de ne pouvoir s'y habituer, Bella redoute surtout le manque d'anonymat auquel elle aura à faire face. Puis elle rencontre Edward Cullen, et le soleil lointain de l'Arizona réapparaît dans son cœur.

 

L'histoire m'ayant beaucoup plu, j'ai pensé lire le roman, il n'y pas si longtemps, lors de sa sortie en livre de poche. Et honnêtement ? Je n'ai pas été déçue comme on peut souvent l'être lorsqu'on voit un film et qu'on lit l'histoire ou inversement (ce qui m'arrive fréquemment).

 

Cette histoire d'amour est restée très fidèle au roman : il faut dire que Stephenie Meyer était constamment présente pour donner les directives aux scénaristes, afin que l'esprit du livre ne soit pas trahi. La trame narrative est particulièrement bien respectée.

 

En lisant le livre, on comprend mieux les pensées de Bella, très affectée par son arrivée à Forks et son manque d'autonomie : elle n'a pas de voiture au début du roman alors qu'elle projetait de s'en acheter une. Du coup, sa joie un peu exagérée dans le film, est plus compréhensible dans le roman. Son soulagement est tel qu'il est communicatif. Elle insiste beaucoup sur les sensations qu'elle éprouvent face à ses nouvelles conditions de vie : sensation d'étouffement, claustrophobie même, impression d'être en cage. Cette angoisse est décrite très justement dans le roman alors que dans le film, on passe rapidement sur ce mal-être.

 

Par ailleurs, Bella utilise des mots assez durs pour se décrire telle qu'elle est, sans faux-semblants : molle, peu adaptée au monde dans lequel elle vit et maladroite. Le film nous dévoile ce côté « Gaston Lagaffe » lors de plusieurs scènes, lorsqu'elle joue au volley par exemple ou lorsqu'elle trébuche en visitant la ferme où l'on fait du compost.

 

Dans le film, Bella voit les Cullen pour le première fois à la cafétéria. Leur arrivée, remarquable, au ralenti, permet de mettre en relief leur côté mystérieux et intrigant. Elle est stupéfaite et la scène est habilement filmée. Ça permet de comprendre ce qu'elle ressent visuellement alors que le roman use de mots extrêmement forts pour décrire le groupe : « leurs visages […] d'une splendeur inhumaine et dévastatrice. » Des mots comme « sublime », « admirable », « captivant » nous interpellent, nous amènent à comprendre la « fascination » (titre français) que ressent Bella dès qu'elle les aperçoit.

 

Ce qui m'a particulièrement touchée, c'est sa rencontre avec Edward où les mots valent mieux que les images : un vocabulaire qui touche à l'envoûtement. Un tel magnétisme se dégage du personnage que la jeune fille est séduite : il exerce sur elle un attrait irrésistible. Et bien sûr, c'est réciproque : tant le film que le livre nous le fait comprendre. C'est une belle réussite.

 

Les relations père/fille sont également bien illustrées dans le film, collant parfaitement au roman même si les termes employés encore une fois sont très évocateurs d'une mésentente qui n'est pas irréconciliable. La mère de Bella, René, apparaît plus écervelée dans le roman que dans le film, d'où les inquiétudes ressenties par sa fille qui culpabilise de la laisser.

 

Les relations avec les autres personnages sont à l'identique, peut-être un peu plus fouillées dans le roman, mais ce qui est normal, compte tenu qu'il faut parfois faire des raccourcis. Contrairement au film, la rencontre avec Jacob a lieu beaucoup plus tard, à la Push, la plage de surf. D'après Bella, c'est un gamin naïf et inexpérimenté d'une quinzaine d'année. Il semble plus âgé dans le film. L'ensemble des rebondissements du roman sont illustrés parfaitement dans le film. Aucun temps morts, rien n'a été enlevé, rien n'a été ajouté, peut-être des coups de projecteurs plus insistants sur les scènes primordiales.

 

En résumé, je conseille d'abord de voir le film puis de lire le livre si l'on veut davantage de détails, si l'histoire vous a captivée et si vous recherchez davantage de sensations. Vous ne serez pas déçus et comprendrez le choix du casting. Les acteurs Kristen Stewart et Robert Pattinson sont parfaits, habitant leurs rôles respectifs avec conviction tout en ayant leurs propres personnalités. Les seconds rôles sont également bien choisis comme Ashley Greene qui joue Alice et qui ressemble à un petit lutin (comme dit Bella dans le roman).

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez probablement ceux-ci :

1 livre, 1 film de Lover #8 : "Jane Eyre". (lun., 23 juil. 2012)
>> Lire la suite

1 livre, 1 film de Lover #7 : "Twilight : Fascination". (jeu., 05 juil. 2012)
>> Lire la suite

1 livre, 1 film de Lover #6 : "Le temps n'est rien" contre "Hors du temps". (ven., 11 nov. 2011)
>> Lire la suite

1 livre, 1 film de Lover #5 : "N'oublie jamais". (ven., 07 oct. 2011)
>> Lire la suite

1 livre, 1 film de Lover #4 : "Un jour". (dim., 04 sept. 2011)
>> Lire la suite

Partager cet article...


Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    Sophie (jeudi, 05 juillet 2012 09:06)

    Et oui, quel magnifique livre ! J'ai dû le lire des milliers de fois, en français et en anglais. Bien bien avant que sorte le film.
    Et quel film ...
    Si il n'était pas tiré d'un livre, je dirai que c'est un très bon film ! Histoire romantique, un peu original.
    Mais je ne le trouve pas fidèle du tout. Les scènes clés sont soit bâclées soit différentes soit carrément manquantes ! Je sais que le film ne peut durer 3 heures si on ajoutais toutes les scènes du livre. Mais au moins respecter les plus importantes ! Je pense surtout à la scène de la clairière ... du gâchis.

    Pour moi, je ne suis pas trop d'accord ... c'est mon avis :) je respecte celui des autres. Cela reste un film très bien, un livre magnifique mais je préfère ne pas mettre de lien entre eux deux.

  • #2

    alexia (jeudi, 05 juillet 2012 12:17)

    Totalement du même avis que Sophie. Personnellement je crois que je n'ai pas réussi à apprécié le film seulement parce que j'avais lu le livre avant :/ ce qui me pousse à dire que le film , pour ma part, ne représente pas une bonne adaptation mais plutôt un film qui s'est grandement inspiré du livre sans même réussir à retraduire les moments les plus forts .

  • #3

    Léa (jeudi, 05 juillet 2012 13:16)

    Je suis d'accord avec les deux commentaires précédents... Cette critique est peut-être tout à fait exact pour ceux qui ont lu le livre après le film mais pas pour ceux qui ont fait l'inverse... Personnellement, j'ai été TRÈS déçue du film! A part Charlie, Billy, Alice et Jacob, j'ai trouvé les acteurs très mal choisis! Rosalie qui devait être physiquement divine a, dans le film, le charme d'un poisson pané!
    Le film dure 2h, et si j'ai trouvé que la 2ème heure était assez bien faite et qu'elle est passé très vite, ce n'est pas le cas pour la 1ere heure. Toute les cinq minutes, j'avais l'impression qu'il manquait des scènes, je n’arrêtais pas de répéter "quooi, mais qu'est-ce qu'ils ont fait de ce moment là". Bon, ayant lu le livre 3 fois avant de voir le film, c'est sur que j'ai pu lui trouver des défauts assez facilement...
    Donc si le livre m'a fait vivre toutes les sensations du monde entier, il n'en est pas de même avec le film. Ah si, il m'a fait ressentir de l'ennui. Chose que je n'avais pas ressenti en lisant le livre.

    (bon après, ça reste mon point de vue et je ne dénigre absolument pas la critique! Je trouve d'ailleurs intéressant d'avoir le point de vue de quelqu'un qui a lu le livre après avoir vu le film)

  • #4

    MyLoveQ (jeudi, 05 juillet 2012 14:32)

    Personnellement, j'ai lu les livres avant de regarder les films... et je préfère de loin les adaptations! Je suis pourtant passionnée de romans et je suis généralement déçue par leur(s) adaptation(s), mais dans ce cas-ci, j'ai été très agréablement surprise par les films! Certes, certaines scènes ont dû être délaissées, parfois même des scènes importantes, mais l'esprit du livre est toujours présent dans les films! D'ailleurs, je garde de très bons souvenirs des films... mais absolument aucun des livres oO' lol

  • #5

    Valmont (vendredi, 27 juillet 2012 15:13)

    Lea, tu écris "Rosalie qui devait être physiquement divine a, dans le film, le charme d'un poisson pané!" Ah, ah, tu m'as fait beaucoup rire ! Merci de ton enthousiasme ! Mais l'actrice qui joue Rosalie est parfaite, bien proportionnée et envoûtante...Mais ce n'est que mon humble avis ;-)

FilmsdeLover.com a été séduit par Jimdo.fr. Contrat prénuptial. Logo et typographie FDL par la talentueuse Jup. © 2008-2016  

FilmsdeLover.com

Depuis 2008, nous ne parlons sur ce site que des comédies romantiques et des films d'amour. Lisez nos avis, consultez nos dossiers, profitez de nos idées de cadeaux, de musiques, de répliques inspirées de nos films d'amour préférés pour trouver l'inspiration en vue de votre soirée en amoureux avec l'élu(e) de votre coeur, ou bien tout(e) seul(e), sous une couverture et un chocolat chaud à portée de main, les deux seuls cas de figure où la comédie romantique est obligatoire. Bonne visite !
Créé avec amour en Normandie Created with love in Normandy