Derniers avis ajoutés
2016
2005
2016
2016
2016
2011
1996
2005
2004
2012
2014
2006

mar.

14

févr.

2012

Interview : Valerio Mieli, réalisateur de "Dix hivers à Venise".

Alors que son premier film "10 hivers à Venise" sort demain dans les salles françaises (et que vous pouvez en lire notre critique ici), le réalisateur Valerio Mieli a bien voulu répondre à quelques questions de notre rédacteur L'Homme. L'occasion de revenir sur la genèse du film.

 

Valerio Mieli, réalisateur de "10 hivers à Venise"
Valerio Mieli, réalisateur de "10 hivers à Venise"

Films de Lover : "10 hivers à Venise" est votre premier long-métrage. Avez-vous pu le réaliser comme vous l'aviez imaginé au départ ?


Valério Mieli : Je pense qu'on ne réussit jamais vraiment à réaliser un film comme on l'imagine. Aujourd'hui, le souvenir de ce que j'avais imaginé au départ a été remplacé par les images tournées. Nous avons eu beaucoup de difficultés mais en fin de compte, malgré certaines choses, je suis assez satisfait et je retrouve ce que je voulais y mettre lorsque j'y ai pensé la première fois.

 

Films de Lover : Même quand tout semble perdu entre Camilla et Silvestro, l'amour et le hasard finissent tout de même par les réunir. Etes-vous un éternel optimiste à la Roberto Benigni ?

 

V. M. : Non je ne le suis pas, mais je m'efforce de l'être ! Ce film est un effort d'optimisme, il présente un peu le monde comme j'aimerais qu'il soit. Et je ne sais pas si « optimisme » est le mot qui convient, car je ne sais pas si Camilla et Silvestro sont fait pour être ensemble. En réalité, l'histoire prolonge ce qui ne dure pas : le moment où l'on se rencontre, où l'on se connaît... C'est la période la plus excitante, parfois la plus douloureuse et complexe.

Films de Lover : Il semble y avoir une vraie complicité entre les deux personnages principaux joués par Isabella Ragonese et Michele Riondino, comment les avez-vous dirigés ?

 

V.M : Je ne saurais dire ce que j'ai fait de particulier. Michele et Isabella se connaissaient déjà, ce qui a pu favoriser leur alchimie à l'écran. Ce sont d'excellents acteurs et le mérite est principalement le leur. Nous avons fait des répétitions, et je crois beaucoup aux répétitions. J'aimerai dire que je crois beaucoup à l'improvisation mais ce n'est pas vrai. Je suis embêtant avec l'équipe et particulièrement avec les comédiens et nous nous disputions souvent à cause de ça. J'étais pointilleux sur chaque mot, je leur laissais assez peu de liberté. « Je voudrais que ce mot soit dit comme ça, que tu mettes la main ici et que tu te déplaces comme ça ».

 

Je n'ai pas de méthode spécifique. Quand quelque chose me semblait faux, nous le recommencions d'une manière différente. Heureusement, pour des raisons de décors notamment (la maison à Venise qui change un peu au fil des années), nous avons pu tourner certaines scènes dans l'ordre chronologique du film, ce qui est une bonne chose pour les comédiens à mon avis.

 

Films de Lover : "10 hivers à Venise" ne reste pas enfermé en Italie, la Russie y tient une grande place. Pourquoi la Russie ?

 

V.M. : Même si je ne suis pas vénitie, Venise est l'endroit d'où l'on part et où je me sens chez moi mais la Russie est « l'ailleurs ». C'est un pays que je ne connaissais pas beaucoup. Il représente un peu l'exotisme, un « exotisme hivernal ». C'est l'une des raisons de ce choix: en Italie, nous n'avons pas un vrai hiver, avec beaucoup de neige etc... Et j'associais la Russie à une idée romantique, un peu XIXe siècle.

Films de Lover : Votre film évite les clichés vénitiens et même italiens, était-ce une volonté de votre part ?

 

V.M : Je ne sais pas si ça a joué, mais je suis à moitié français, ma mère est française, ce qui me rend peut-être moins « typiquement italien ». Venise est une ville plus internationale, à cause du tourisme mais aussi de jeunes européens qui viennent y faire leurs études. C'est un endroit assez peu connu, on voit Venise à travers seulement quelques rues... Au début, on me disait « N'est-ce pas un peu banal de faire une histoire d'amour à Venise ? » et j'ai eu du mal à faire comprendre aux gens pourquoi je désirais le faire là-bas.

 

J'ai découvert Venise à 14 ans, j'ai été fasciné par le monde de tous ces étudiants; pour moi, Venise était le vrai monde fantastique où il fallait vivre. C'était une fantaisie d'adolescent, mais finalement on retrouve un peu de ça dans le film ; c'est un Venise mi-réaliste, mi-fantasmé.

 

Films de Lover : Dernière question, traditionnelle pour nous : Quel est votre film d'amour préféré ?

 

V.M. : Dans les films récents, je dirais « Eternal Sunshine of the spotless mind ». C'est une histoire avec une idée forte et en même temps, ce n'est pas un exercice de style. Le film de Gondry nous dit quelque chose de très important sur l'amour qui ne pourrait pas être dit d'une autre façon.

 

C'est un film assez triste, dans lequel on nous dit qu'une histoire d'amour est amenée à se finir et ne peut être relancé qu'en retombant amoureux une nouvelle fois, après avoir extirpé les souvenirs de notre esprit. C'est un peu la peur que l'on retrouve dans «10 hivers à Venise» : ne jamais démarrer une histoire réellement pour éviter de prendre le risque qu'un jour, elle se termine.

 

Propos recueillis par L'Homme via Skype.


"10 hivers à Venise" sort dans les salles françaises ce mercredi 15 février. Lire notre critique.

Écrire commentaire

Commentaires : 0
FilmsdeLover.com a été séduit par Jimdo.fr. Contrat prénuptial. Logo et typographie FDL par la talentueuse Jup. © 2008-2016  

FilmsdeLover.com

Depuis 2008, nous ne parlons sur ce site que des comédies romantiques et des films d'amour. Lisez nos avis, consultez nos dossiers, profitez de nos idées de cadeaux, de musiques, de répliques inspirées de nos films d'amour préférés pour trouver l'inspiration en vue de votre soirée en amoureux avec l'élu(e) de votre coeur, ou bien tout(e) seul(e), sous une couverture et un chocolat chaud à portée de main, les deux seuls cas de figure où la comédie romantique est obligatoire. Bonne visite !
Créé avec amour en Normandie Created with love in Normandy