Derniers avis ajoutés
2016
2005
2016
2016
2016
2011
1996
2005
2004
2012
2014
2006

ven.

15

juil.

2011

Mon film d'amour préféré... #3 : Marine de "Mediacult".

FilmsdeLover.com a demandé à des blogueurs de tous domaines de partager avec nous leur film d'amour préféré. Chaque semaine pendant l'été (et plus si affinités), vous retrouverez la réponse d'un nouveau blogueur.

Aujourd'hui : Marine, de "Mediacult".

Le blog de Marine

Marine est la co-fondatrice de "Mediacult", un webzine sur le cinéma, l'art, les livres, la musique, les séries, le théatre (et on peut le dire, les autres filles de l'équipe sont également des fans de films d'amour et de comédies romantiques donc c'est pour ça qu'on les aime bien chez "Mediacult".) et elle travaille par ailleurs pour Studio Ciné Live.

 

Quel est ton film de Lover préféré ?

"Choisir un film de lover (son préféré si possible), et expliquer pourquoi celui-ci et pas un autre. Rien que ça ! Pour certains ce serait une formalité, pour moi c’est plus compliqué, incapable que je suis de faire des choix, de hiérarchiser mes films préférés de peur que l’un m’en veuille de l’avoir préféré à l’autre. D’autant plus que le lendemain ou même dans l’heure, je pourrais subitement changer d’avis.

Alors qui choisir… ?

 

Certaines comédies romantiques font l’objet d’un visionnage annuel, comme une tradition, un rendez-vous obligatoire dicté autant par l’envie que le plaisir coupable pour des films ayant un jour fait fondre mon cœur d’artichaut. On a beau se targuer d’une objectivité sans bornes, quand il s’agit d’un film de lover même la plus fleur bleue des bluettes peut nous toucher plus particulièrement. Dans mon Panthéon personnel "Edward aux mains d’argent" côtoierait "Garden State", "Sur La Route de Madison" tiendrait la dragée haute à "Once", "La Leçon de Piano" toiserait "Away We Go", "Before Sunset" se retournerait avec nostalgie vers "Before Sunrise", "Lost in Translation" tiendrait compagnie aux "Chansons d’Amour", "(500) Jours Ensemble" jalouserait "Bright Star". Entre autres.

 

Mais s’il ne devait en rester qu’un, ce serait "Eternal Sunshine of the Spotless Mind". Et ce pour tout un tas de raisons que je m’en vais vous expliquer de ce pas. En 2004, à la sortie du film, j’ai 17 ans (toutes mes dents) et j’entame mon année de terminale. Cela fait environ 2 ans qu’une cinéphilie à tendance cinéphage emplit les ¾ de mon jeune cerveau, facilitée par la présence à deux pas de mon lycée de 3 cinémas balayant un ensemble du spectre cinématographique particulièrement complet. Aujourd’hui parisienne, j’ai passé toute ma jeunesse à Nancy, charmante station balnéaire petite ville de l’est de la France où (attention je vais balayer d’un revers de la main l’un des plus grands clichés sur la province) nous avions des cinémas d’art et essai, ainsi que la V.O ! Blague à part, c’est dans l’un de ceux-là, le Caméo Commanderie pour ne pas le citer, que j’ai vécu mes premiers émois cinéphiles. Et que j’ai découvert ce bijou de poésie signé Michel Gondry.

 

A l’époque, Michel Gondry est connu pour avoir su développer et faire reconnaitre un univers singulier, nourri de son expérience dans l’univers du clip et de la pub. Ses multiples collaborations avec les White Stripes sont d’ailleurs à cet égard tout bonnement incroyables. Après avoir passé le cap du long-métrage avec Human Nature, comédie décalée et intrigante sortie de la tête du génial Charlie Kaufman, tout le monde attendait Gondry au tournant. Et c’est avec une comédie romantique mélancolique, utopique et charmante qu’il revient, toujours avec la complicité du déjanté scénariste.

 

Si le titre énigmatique "Eternal Sunshine of the Spotless Mind" ne vous dit rien, voici comment résumer simplement son histoire : Joel aime Clementine. Clementine aime Joel. Jusqu’au jour où ils ne s’aiment plus et décident d’effacer l’autre de leur mémoire, pour arrêter de souffrir et enfin oublier. Mais, et je pense que l’on a tous pu en faire l’expérience, il n’est guère facile de gommer de son subconscient quelqu’un que l’on a aimé. Le peut-on (veut-on ?) vraiment d’ailleurs ?

 

"Eternal Sunshine..." surprend et conquiert dès ses premières minutes : une plage, la neige et un couple dont on sait déjà qu’ils sont fait l’un pour l’autre. Ou bien l’ont été ? C’est à partir de là que l’esprit des personnages et du réalisateur nous joue des tours. Pour éloigner l’amnésie et garder en eux les réminiscences d’une histoire d’amour pas si enterrée que ça, Joel et Clementine déploient des montagnes d’artifices. Gondry aussi qui, au sommet de son inventivité, choisit plus que jamais le bric et le broc délicieux à la place d’effets spéciaux plombants. Si sur le papier le casting hollywoodien paraît juste hallucinant (Kate Winslet, Jim Carrey, Tom Wilkinson, Kirsten Dunst, Elijah Wood, Mark Ruffalo…), on le voyait toutefois mal s’intégrer à l’univers kaléidoscopique du français.

 

C’est pourtant là qu’intervient le miracle : Kate Winslet en amoureuse déjantée est tout simplement chavirante, et Jim Carrey (débarrassé de tous ses tics de comique) en Pierrot de la Lune plus que romantique étonne et touche au cœur. Ajoutez à cela la magie que Gondry insuffle à chaque plan et les ritournelles entêtantes de Jon Brion, et vous n’aurez qu’une seule envie : tomber amoureux. Mais là où vous risquez de vous tromper c’est en pensant que vous aurez le choix...

 

Marine."

Merci Marine de nous avoir emmené dans ta jeunesse nancéenne !

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Dom (vendredi, 22 juillet 2011 12:31)

    Excellent choix, la magie et l'émotion de ce film sont toujours identiques à chaque visionnage !

FilmsdeLover.com a été séduit par Jimdo.fr. Contrat prénuptial. Logo et typographie FDL par la talentueuse Jup. © 2008-2016  

FilmsdeLover.com

Depuis 2008, nous ne parlons sur ce site que des comédies romantiques et des films d'amour. Lisez nos avis, consultez nos dossiers, profitez de nos idées de cadeaux, de musiques, de répliques inspirées de nos films d'amour préférés pour trouver l'inspiration en vue de votre soirée en amoureux avec l'élu(e) de votre coeur, ou bien tout(e) seul(e), sous une couverture et un chocolat chaud à portée de main, les deux seuls cas de figure où la comédie romantique est obligatoire. Bonne visite !
Créé avec amour en Normandie Created with love in Normandy